Catalogne : « c’est une lutte antifasciste, pas seulement indépendantiste »

[Entretien réalisé le 22 octobre 2019 par Yoann Compagnon, traduit par Stéphanie Fernandez et Gabriel Salaün]

Le 1er octobre 2017, un référendum est clandestinement organisé par le gouvernement régional catalan. Malgré les pressions de Madrid, 2 millions de votants se déplacent, et 90 % d’entre eux se prononcent pour l’indépendance. La réaction de l’État espagnol ne se fait pas attendre. La police nationale réprime les votants et tente de saisir les urnes, tandis que la justice est saisie à l’encontre des principaux membres du gouvernement régional.

Ce lundi 14 octobre 2019, après 2 ans de procès, le Tribunal Suprême condamne 9 leaders séparatistes à des peines de 9 à 13 ans de prison pour sédition et malversation. En réaction, d’importantes manifestations, grèves et blocages économiques secouent chaque jour la Catalogne. Je profite donc de ma venue à Barcelone pour rencontrer 2 militants indépendantistes, afin de comprendre le déroulement et les enjeux de ce regain d’expression populaire indépendantiste.

« Du 14 au 21 octobre 2019, on a eu sur tout le territoire catalan 528 blessés. Parmi eux, il y a 10 personnes hospitalisées, dont 1 dans un état très grave, 4 qui ont perdu la vision d’un œil à cause d’un impact de flashball, et 2 qui ont perdu un testicule à cause des tirs. »

Juan :
Je m’appelle Juan, j’ai 23 ans, j’étudie à l’université et je travaille.

Sira :
Je m’appelle Sira, je suis photojournaliste et photographe, et je couvre les mobilisations actuelles en Catalogne.

Comment avez-vous participé aux récentes manifestations ? Comment les avez-vous perçues ? Est-ce qu’il y a un changement dans la stratégie de ces manifestations, un basculement de la non-violence à la violence ?

Sira :
En tant que photographe, j’ai couvert toutes les manifestations de ces 2/3 dernières années, dans ce « Procès catalan » – comme il se fait appeler. Je n’ai pas vu de changement clair dans la stratégie, parce qu’en réalité, ces dernières semaines, on voit un point d’inflexion que personne n’attendait. Avant c’était des manifestations non-violentes. Maintenant, je ne dirais pas que ce sont des manifestions violentes, mais je dirais qu’il y a une foule qui, avant, n’avait pas d’espaces pour s’exprimer, et qui, maintenant, sort dans la rue avec beaucoup de rage, qui s’exprime avec une stratégie d’autodéfense populaire face à la répression, ainsi qu’avec d’autres types de manifestations sans doute plus radicales, comme on n’en avait jamais vu jusqu’à maintenant.

Est-ce que les gens s’organisent aussi en-dehors des manifestations ; en assemblées, en collectifs, sous d’autres formes ?

Juan :
Oui, il y a quelques organisations comme « Tsunami Democràtic », les « Comités de Défense de la République » ou des assemblées de quartier qui jouent un rôle important, mais beaucoup de choses leur échappent de ce qui se passe dans la rue ; beaucoup de gens n’avaient jamais participé ou milité dans des espaces politiques, et maintenant ils voient bien qu’ils doivent sortir dans la rue pour faire quelque chose. Il y a beaucoup de groupes de jeunes qui tout simplement vont à l’université ensemble, travaillent ensemble ou vont au lycée ensemble ; ils se sont rendus compte que s’ils s’entraident et pratiquent l’autodéfense, ils ont plus de chances de s’en sortir indemne. Mais il n’y a pas de grosse organisation qui dirige les choses dans la rue, c’est quelque chose de plutôt sporadique, les gens voient que la police charge en bas de chez eux, ils demandent le casque de moto à leur père, et ils descendent défendre leur quartier et leurs amis.

Sira :
On peut aussi ajouter que cette semaine, c’est la première fois après 2 ans de « Procès catalan » que, dans les autres villes d’Espagne, on a vu de la solidarité avec la Catalogne, à Madrid, à Bilbao, et plein d’autres endroits. Les gens sont sortis dans la rue contre le jugement et contre la répression qu’on a vécue ici, parce qu’il y a une répression policière et judiciaire très forte. On a vu aussi des manifestations indépendantistes contre ces répressions, avec des personnes portant des drapeaux espagnols, en solidarité et en soutien avec le peuple catalan, même s’ils ne se sentent pas représentés par l’idéologie indépendantiste, même s’ils ne sont pas d’accord ou s’ils sont gênés par celle-ci. Ils sont de toute façon gênés vis-à-vis de l’État espagnol tel qu’il est maintenant.

Juan :
Le sentiment généralisé, c’est qu’on a vu des gens qui proposaient un projet de manière pacifique et on les a enfermés pendant 9 ans. Quand tu vois que pour un projet auquel tu crois, que tu essayes de mettre en place de manière pacifique, tu finis en prison pour tellement d’années… Les gens sont super énervés, parce qu’ils ont vu qu’être pacifique, avoir supporté les passages à tabac de la police, ça n’a servi à rien. Ce jugement est tout simplement un détonateur. Qu’il y ait des gens qui aillent en prison pour avoir proposé un vote, c’est très inquiétant… C’est très inquiétant de voir que dans un pays démocratique je peux déclarer un référendum illégal. Un référendum, c’est la plus haute expression de la démocratie. L’interdire ou pas, c’est incompréhensible.

Sira :
Du 14 au 21 octobre, ils ont arrêté 202 personnes à Barcelone ou à Tarragone, 104 de ces 202 personnes sont passées en jugement, et pour l’instant on a 28 prisonniers politiques en plus en détention préventive. Il y a 7 membres des « CDR » qui ont été arrêtés dans des opérations antiterroristes. On les a arrêtés pour terrorisme, et les preuves qu’ils ont contre eux, ça peut être [la détention] d’une cocotte minute, de produits chimiques que tout le monde a chez soi, du matériel pour les fêtes traditionnelles de village, du matériel de pyrotechnie.
C’est évident qu’aucun d’entre eux n’est terroriste, mais ils vont les garder 2 ans en détention provisoire. C’est comme ça qu’ils usent les gens, c’est la stratégie d’usure, parce que c’est évident qu’ils ne sont pas terroristes. Ici on ne met pas de bombe pour l’indépendance.

Est-ce que la Généralité de la Catalogne est un allié ou un ennemi de cette lutte ? Je demande de façon volontairement dichotomique, j’imagine que c’est plus compliqué que ça ?

Juan :
Pour moi, le gouvernement catalan qu’on a est un ennemi, basiquement parce qu’il essaye de démobiliser et criminaliser les personnes qui sont dans les rues. Parce que c’est très facile de demander une lutte plus pacifique à partir de son bureau, par contre quand t’es en première ligne, cette autodéfense, ce n’est pas de la violence.

On nous a toujours dit à nous indépendantistes qu’on était des moutons, qu’on suivait des leaders indépendantistes corrompus, etc. Cette semaine tous les politiciens indépendantistes sont intervenus pour dénoncer la violence et les gens dans la rue les ont ignorés. Si on disait avant qu’on les suivait comme des moutons, cette semaine les gens ont lutté contre eux aussi. Il y a 2 jours un représentant politique de la Catalogne a été à une manifestation et a été viré de la manif. Parce que théoriquement, il est d’un parti indépendantiste, mais quand les gens se défendent, ces politiques ne nous représentent plus, ils deviennent fascistes, etc. Et pour moi c’est un grand pas en avant d’avoir pu dire « dehors les directives des partis successifs ». Les gens commencent à faire ce qu’ils veulent, point.

Sira :
Les policiers catalans sont des policiers comme les autres. Ils surveillent les gens pour qu’ils ne sortent pas de chez eux, ils obéissent aux intérêts politiques du moment, comme tous les policiers. On trouve plein de gens qui manifestent pour l’indépendance, qui n’ont jamais participé à des mouvements et qui pensent que cette police catalane est leur police, qu’elle doit les défendre, et se sentent donc protégés par elle. Il arrive un moment où la police catalane agit comme une police et fait son travail en chargeant les manifestants indépendantistes, tout comme lors des manifestations d’étudiants, pour le logement ou pour les droits sociaux en général. Donc toute cette population qui a été trompée en pensant que la police catalane était de son côté, commence à se rendre compte que sa police est comme n’importe quelle autre, c’est à dire comme la police nationale ou n’importe quel organe de sécurité. C’est cette déception que les gens vivent, que cette police catalane n’est pas là pour me protéger mais pour me surveiller. Cette semaine, beaucoup de gens se rendent compte de cette réalité, et de comment fonctionnent les choses.

Sira :
Pour moi l’indépendance est un outil pour rompre avec le régime de 1978 et rompre avec l’État espagnol comme nous l’a laissé Franco, avec une transition qui n’a pas été réelle. Une indépendance qui rompt totalement avec l’État espagnol. Ensuite pour moi ça va un peu au-delà, ce n’est pas seulement créer une Catalogne indépendante, c’est une lutte antifasciste, pas seulement indépendantiste. Il y a des gens qui veulent un État indépendant, et s’en fichent de ce qui pourrait se passer au-delà de la frontière avec l’Espagne, mais bon, je ne sais pas trop.

Juan :
Je pense qu’il faut donner le contexte du pays dans lequel on vit. Ici, de 1939 à 1975, il y a eu la dictature franquiste menée par Francisco Franco, et cette dictature a pris fin quand le dictateur est mort. La transition a alors commencé, et ce serait un motif de fierté selon le parti socialiste espagnol. Mais c’est curieux qu’une transition aussi exemplaire et soi-disant pacifique ait fait 541 morts pour des raisons politiques. C’est curieux qu’un pays qui se dit démocratique soit le 2ème pays après le Cambodge qui ait le plus de fosses communes non-rouvertes jusqu’à aujourd’hui en 2019. Donc l’indépendantisme pour beaucoup de gens permet évidemment de faire converger beaucoup de luttes ; il y a des gens qui sont là pour défendre une culture, une langue qu’ils ne veulent pas perdre, parce que le gouvernement central a toujours essayé d’uniformiser toute l’Espagne. Il y a des gens qui sont là pour des raisons très nationalistes, c’est possible, mais ce n’est pas mon cas. Et beaucoup de gens sont là parce qu’ils ne veulent pas faire partie d’un État qui a toute cette histoire derrière lui et qui, encore aujourd’hui, a des organisations et des acteurs politique pourris par le post-franquisme. Comme le dit la camarade, c’est une manière de rompre avec un État qui ne correspond plus ni aux ouvriers-ouvrières de Madrid, ni aux gens de Catalogne, ni à personne.

Sira :
Mercredi dernier, le conseil des affaires intérieures a menacé les manifestants de cette semaine d’une peine de 6 ans de prison. Tu te dis « OK, parce que je me défends on me menace de 6 ans de prison ». Et ceux qui sont « montés dans une voiture » [en octobre 2017] pour demander aux gens de rentrer chez eux et pour leur demander de laisser les politiques faire le travail, ont été condamnés à 9 ans de prison. On se moque de nous clairement. Avec ce panorama-là, les gens se fatiguent, sortent dans la rue et font ce qu’ils font en ce moment.

Catalogne : « c’est une lutte antifasciste, pas seulement indépendantiste »

Articles en lien

Partager